top of page
le rucher pédagogique

Présentation

Le Tour des Roches, avec son étang, ses vergers, ses ravines, sa cocoteraie est riche de paysages exceptionnels et abrite une faune et une flore remarquables. Berceau du peuplement de l'île, cet espace de vie est un lieu de ressourcement pour tous. Situé en plein coeur de la zone semi-sèche du littoral ouest, il est formé d'une mozaïque d'habitats aujourd'hui menacés par les espèces invasives, la pollution, l'assèchement, l'urbanisation croissante, les mauvaises pratiques agricoles...  

Depuis 2019, le rucher-école «Autour des ruches » s'est implanté dans ce poumon vert de St Paul et propose des visites guidées, des initiations à l’apiculture sur 2 jours pour les particuliers souhaitant élever des abeilles et de la sensibilisation pour les publics scolaires.

 

La préservation des abeilles... une nécessité

Face au déclin des abeilles, nous agissons pour la sauvegarde de notre espèce indigène Réunionnaise « apis mellifera unicolor ». Originaire de Madagascar, elle s’est implantée sur l’île avant l’arrivée des premiers humains. Des initiatives comme notre rucher pédagogique et les ruchers-écoles que nous développons au sein des établissements scolaires se multiplient pour renverser la tendance. 

L'apparition des abeilles semble coïncider avec celle des premières plantes à fleurs, il y a 60 millions d'années. Dès lors s'est établie une relation d'interdépendance aux bénéfices réciproques : les abeilles utilisent la fleur pour se nourrir et la fleur a besoin de l’abeille pour être pollinisée. 

Lorsqu'une abeille butine une fleur pour prélever le nectar, des grains de pollen se collent sur les poils de son corps. Ce pollen voyage avec l'abeille et pourra être déposé sur une autre fleur. Ainsi apparaîtra un fruit ou un légume porteur de graines, de noyau ou de pépins, qui donneront plus tard naissance à une nouvelle plante. 

 

Au fil du temps, l'homme a réussi à élever l'Abeille domestique (Apis Mellifera) en l'installant dans une ruche, pour pouvoir récolter son miel. Ainsi, l’apiculture a permis de mieux connaître cet insecte social dans son comportement et ses capacités sensorielles. 

 

Contrairement aux domestiques, les abeilles solitaires (mégachiles, halictes, charpentières…) mélangent le nectar butiné avec le pollen pour en faire de la nourriture pour les jeunes. Ainsi elles ne représentent pas un intérêt économique majeur, pourtant elles sont indispensables et assurent la pollinisation de nombreux végétaux. Ainsi, nous hébergeons de nombreuses abeilles solitaires sauvages (mouche charbon, chalicodoma disjonctum…) en plantant des espèces végétales hôtes et en fabriquant des refuges à pollinisateurs sauvages. Le sentier mellifère regorge de plantes aromatiques et il n’est pas rare de croiser un papillon monarque sur les ascépiades ! 

Qu'elles soient domestiques ou sauvages, les abeilles sont des insectes pollinisateurs déterminants dans l’équilibre de notre écosystème et par conséquent dans le processus de notre chaîne alimentaire dont nous dépendons.